Et si la boîte de pandore avait été réouverte et si dans cette boîte ce trouvait plus que les plus grands maux de notre planète. Si c'était des démons qui sortaient de cette boîte ? Sept démons assouvit par la soif de pouvoirs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sortie sans rentrée [libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sortie sans rentrée [libre]   Ven 1 Mai - 1:09

Un coucher de soleil, des lumières palpitantes et vivifiantes au milles éclats orange et roses nuancés qui se reflètent sur les hauts murs des étroites ruelles sillonant le centre ville de part et d'autre. Quelques nuages bien haut dans le ciel pour un magnifique effet de contraste qui permet de nuancer ce jeu de lumière... Que rêver de mieux pour une carte postale? Du genre qu'on envoie aux étrangers pour leur donner envie... Pour les rendre envieux de ce que nous réserve ce beau ciel italien... Enfin aujourd'hui plutôt du gris en perspective. Les ruelles fraîches des belles promenades d'été étaient ce soir bien cruellement froide. Rien ne rappelais ces belles cartes dont on était si fiere. Les batisses dépeignent de tristes regards laissant une bien morne impression. Dans ce labyrinthe de petites rues un manteau vert se promenait le pas légé. Elliade était de sortie. Le soleil déclinait maintenant dans le ciel ou plutôt le supposait-elle. Une épaisse couche de nuage empêchait une quelconque vue subtile sur un beau coucher de soleil. Elle tenait fermement un petit sac vert lui aussi dans la main droite. Une vague d'excitation la parcouru accompagné d'un frisson qui courrait dans son dos. Elle avait trouvé l'une des cartes de son père caché dans sa taie d'oreiller. Plus le temps passait plus il cherchait des cachettes farfelues qu'il pensait à l'abris de ses mains. mais quoique qu'il fasse elle les trouvait toujours. Malgré cela elle n'avait pas envie d'aller faire les magasins, ça ne lui apporterait rien. Du moins pour l'instant.

Elle remonta une rue d'un pas allègre en s'amusant à marcher sur les dalles comme une petite fille. Depuis un certain rêve elle avait toujours cette bonne humeur qu'elle trainait derrière elle. Après tout elle n'aimait pas se lamenter elle trouvait cela bien trop... ennuyant. Ennuyant était le bon mot. Arrivée en haut de la pente elle s'arrêta. Sa robe verte volait légèrement au vent derrière elle. Comme après toute montée il y avait une descente. Elle se mit au bord et écarta les bras en croix et se mit face au vent. Elle souriait toutes dents dehors.

"Agenouillez vous devant votre reine! "

Elle explosa alors de rire à en perdre haleine et s'appuya contre le mur le temps de reprendre son souffle. Elliade se laissa glisser le long du mur et s'assit au sol sur les dalles froides. Ces petits moments de folie la détendait. Après s'être définitivement calmé elle regarda autour d'elle un sourire encore aux lèvres pour s'assurer que personne ne l'avait vu. Personne. Elle avait encore eu de la chance. Elle ne s'imaginait pas la situation si on l'avait vu. Cela pouvait vraiment être très embarrassant. Elle se calma et regarda ke ciel grisonnant. Elle se dit qu'elle devrait peut être se lever et rentrer mais la jeune fille n'en avait pas la force. Elle se sentai lasse et préférait rester là assise par terre à regarder ce ciel décourageant. Quel silence. Elle ferma les yeux un instant.. Enfin si on peut appelé cela un instant. quand elle les rouvrit il faisait nuit noir et seuls quelques lampadaires isolés distribuaient encore quelques lumières éparses. Elle cligna plusieurs fois des yeux afin d'en chasser les derniers signes de sommeil. Mais au lieu de se lever et de rentrer elle disposa élégament les plis de sa robe autour d'elle et se laissa aller contre le mur encore tiède de la ruelle attendant qu'il se produise quelque chose n'importe quoi du moment que cela viendrait tromper son ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie sans rentrée [libre]   Mer 6 Mai - 17:56

hj: Je me permet de te répondre

Le froid avait envahi la ville de son manteau lourd et disgracieux. Je m'éveilla ce matin à cause de grosses gouttes qui tombèrent en rafale pour venir s'écraser sur les toits ainsi que sur les carreaux sur lesquels, elles glissaient, laissant telles des limaces, une trace de leurs passage derrière elles. J'ouvrais un oeil, puis l'autre, lentement, me demandant au début d'où est ce que cela provenait, ayant introduit ces bruits dans mon sommeil. Les yeux encore embués, mes bras entourant l'oreiller, ma tête tournée vers mon réveil, je me mis à regarder les chiffres digitaux de ce dernier, il était à peine neuf heures du matin et, pour un samedi, ce n'était vraiment pas commode de se faire réveiller ainsi.
Cependant, mon réveil n'aurait sans doute pas tarder à sonner, j'étais de service à 11h mais, je devais arriver une demie heure plus tôt car, c'était mon jour de ménage au restaurant. De plus, bien que pas très structurée, le désordre laissé par mes colocataires et moi-même au sein de l'appartement commençait sérieusement à m'agacer. Aussi, en soupirant, je me leva. Mon regard se posa sur un lit devant moi, collé à l'autre mur de la chambre que je partageais avec Mélodie.
Dans ce lit, mon amie dormait encore à poings fermés, elle n'était ni dérangé par la tempête, ni pressée par un job quelconque. Je glissa mes pieds dans mes pantoufles rouges et je quitta la chambre afin d'aller prendre ma douche.

Lorsque ma toilette complète fut finie, je passa un coup de brosse dans ma longue crinière noire et je décida non pas de me revêtir avec mes hautes bottes noires, ma minijupe de même couleur et mon t-shirt comme je l'avais prévu mais de m'habiller en conséquence du temps qui s'avérait être encore plus pourri que ce qui était " prévu ". J'enfilais donc à la hâte un slim blanc, des converses de même couleur avec un cœur rouge dessiné sur l'extérieur de chaque chaussures et comme haut, je m'étais revêtue d'un top rouge cerise que j'avais couvert par un chaud et large pull à capuche d'un rouge encore plus pétant qui était assorti avec mon vernis à ongles dont j'avais décoré les miens la veille au soir. J'attachais bêtement mes cheveux en une queue basse à l'aide d'un élastique fin de la même couleur que ma tignasse pour ensuite faire un peu le ménage sans faire trop de bruit afin de ne pas réveiller mes amies. Je leur avait même mis la table du petit déjeuner avec un post-it:

Coucou les filles, je suis partie faire mon service au restaurant, je vous ai fait du café et du thé qui sont bien au chaud dans le micro-ondes, j'ai fait aussi un peu le ménage en espérant ne pas vous avoir réveillées. J'amènerais les pizzas ce soir, je vous adore.

PS: N'oubliez pas d'aller acheter des feuilles A3 et des cartouches pour l'imprimante !


Je bus mon café au lait et mangea un croissant à la hâte avant de partir. Lorsque je m'engouffra dehors, l'air froid cinglait sur mon visage. Je rabattis ma capuche en fermant la veste en faux cuir que j'avais enfilé en descendant les escaliers de l'immeuble quatre à quatre et je me mis à courir jusqu'au métro. J'y entra, légèrement trempée, quelques mèches qui s'étaient échappées de mon capuchon dégoulinaient. Je les pris dans ma main et m'assit à une place de libre. Je descendis à mon arrêt et alla vite travailler.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le carillon retentit mais cette fois, ce fut moi qui le fit sonner en sortant. On avait eu énormément de monde aujourd'hui. Il ne pleuvait plus. Le soir était déjà tombé et seules quelques lampes produisaient des lambeaux de lumière poussiéreuse.
Je passa à une pizzeria afin d'y acheter notre souper du soir puis, je fis le sens inverse de ce matin pour rentrer chez moi. Oui, cet endroit était mon chez moi, un appartement grand et confortable avec ma meilleure amie et deux autres bonnes amies de l'Ecole d'Arts comme colocataires, que demander de plus ?!

Je passais donc dans un enchevêtrement de ruelles pour aller plus vite. Pas très rassurant pour une jeune demoiselle d'à peine 18 ans. A dix sept ans, on n'est pas inconsciente, normalement. Je ne le suis pas non plus, je n'en fais juste qu'à ma tête. Si un satyre se montrait, je le frapperais avec les pizzas encore brûlantes. Oui, je me battais toujours.

Soudainement, sur des dalles, je vis une silhouette, une jeune fille était assise contre le mur, habillée de vert.
Inquiète, je m'approcha de cette fille et je m'accroupis à sa hauteur:

" Hey, ça v...?! "

Je n'eus pas le temps de formuler entièrement ma demande lorsque je fus pris d'un violent mal de tête. Mes entrailles s'enflammèrent, je ne compris que trop tard que Léviathan se manifestait. Quel lâche ! Je me saisis de mon portable pour appeler Mick mais, mon téléphone heurta violemment les dalles et se brisa. Je n'eus alors plus le contrôle de mon corps et je changeais alors radicalement. Mon élastique, brisé retomba au sol, mes cheveux poussèrent jusqu'à mes chevilles, ils s'emmêlèrent et des mèches se coloraient de rouge, tout comme mes yeux pailletés de noir. Mon teint de peau, déjà pâle à la base, devint diaphane. J'articulais péniblement à l'intention de la fille, tremblante, pliée en deux:

" Fu...fuis ! "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie sans rentrée [libre]   Jeu 7 Mai - 22:27

Elliade n'eut pas attendre bien longtemps avant d'entendre le tintement des talons sur les vielles dalles de la ruelles. Même si le temps variait selon les personnes et leur occupation. Mais hônnetement savoir depuis combien de temps elle était assise sur le sol en la préoccupait absolument pas. Elliade leva doucement la tête, plongeant son regard émeraude dans l'obscurité de la ruelle en direction des claquements qu'elle entendait se répercuter contre les murs étroits. Elle porta alors machinalement la main à ses cheveux et d'y passer les doigts comme pour les démêler alors que cela ne servait strictement à rien. Ses yeux semblaient quelques peu vides comme si elle était absente et son teint était bien plus blanc que d'habitude alors qu'elle n'était pas vraiment, même du tout, quelqu'un que l'on pourrait qualifier de bronzée. Elle était peut-être restée trop longtemps assise là dans la fraîcheur de la nuit.

Une jeune fille finit par faire son apparition au détour d'un petit croisement. Enfin de là ou elle était elle ne pouvait en être totalement certaine mais au vu de la silhouette c'est ce qui lui parraissait le plus logique. Elliade ne bougeait plus, même sa poitrine semblait ne plus se soulever au rythme de son souffle. Son regard était fixé sur la nouvelle venue. Une odeur de pizzas vînt alors lui chatouiller les narines mais elle ne bougea pas plus même si cela lui donna subitement faim. Elle s'imaginait tenant une pizza à la pâte gonflée et bien dorée sortant encore à peine du four. Elle aurait pu passer pour une statue si ses vetements vert empechait tout confusion avec la pierre ou alors pour morte aux yeux de la jeune fille. Celle-ci dut l'appercevoir et accéléra l'allure. Quand elle fut assez proche Elliade eût la confirmation de ce qu'elle pensait. La jeune fille s'approcha d'elle et s'accroupit. Seul les yeux d'Elliade bougeaient suivant la jeune des yeux. Elle pris la parole mais se coupa subitement au milieu d'une question. Elle s'immobilisa et commença a parlir subitement. Elle ne semblait vraiment pas aller bien. Elle sortit précipitemment son portable mais celui-ci finit au sol, irréparable. Des tremblements la secouait maintenant violemment. Elliade fût tentée de l'approcher pour savoir ce qui se passait. Mais alors qu'elle allait lever la main por la porter a l'épaule de la jeune fille quelque chose l'en empêcha. C'était Belzébuth qui lui conseillait d'attendre et d'observer avant de faire quoique ce soit. Le physique de la nouvelle venue changea alors du tout au tout. Ses cheveux poussèrent à une vitesse alarmante se colarant par endroit de rouge et elle pouvait maintenant faire consurrence au teint pâle d'Elliade et gagner haut la main. La jeune fille se retourna alors vers elle. Elle semblait soufrir le calvaire mais elle laissa échapper un mot, un unique, qui l'incitait à s'enfuir. Malgré tout Elliade ne bougea pas d'un pouce. Un petit sourire se glissa sur ses lèvres.


" Bonjour Léviathan ça faisait bien une éternité qu'on ne s'était pas vu. Comment vas tu? "

La voix était bien celle d'Elliade, les mêmes intonations, les mêmes mimiques mais ce n'était pas Elliade qui avait dit cela. Celle-ci savait très bien qui cela était et ça ne la dérangeait pas. Après tout Elle l'avait toujours aidé, que ce soit avec ses soins, son avis ou pour les cartes de crédit dont elle savait toujours déchiffrer le code. Elle entendait sa voix se répercuter dans sa tête eet son corps commencer à se mouvoir seul. Elle ne la possédait pas mais Elliade lui "laissait" son corps. La jeune fille se leva doucement, son visage avait repris des couleurs et ses yeux resplendissaient à nouveaux. elle épousseta la longue robe verte qui retombait gracieusement autour d'elle avant de redresser la tête et de plonger son regard dans celui de la jeune fille que Belzébuth sous les traits d'Elliade venait d'appeler Léviathan. Surement une vielle connaissance. Elle s'approcha devant la jeune fille métamorphosée et tendit la main à celle-ci pour l'aider à se relever.

" Tu n'es vraiment pas tendre avec cette petite. Tu devrais en prendre plus soins Lévia'. "


Dernière édition par Elliade Rosenberg le Ven 8 Mai - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie sans rentrée [libre]   Ven 8 Mai - 21:12

Alors qu'une jeune demoiselle aux yeux semblables à des émeraudes avait fini son service au sein d'un petit restaurant, elle était passée à la pizzeria habituelle afin d'aller chercher le souper de ses colocataires et d'elle même.
Après avoir pris trois pizzas quatre fromages et une hawaïenne, elle était passée dans une petite ruelle, où elle avait rencontré une jeune fille, assise sur les dalles. En s'approchant d'elle pour savoir si elle allait bien, elle fut prise d'un violent malaise. En effet, elle était possédée par un des sept seigneurs, gouverneurs absolus des sept péchés capitaux.
En ce qui concernait ce démon, il s'agissait du Seigneur de l'Envie.

A présent, la demoiselle était complètement métamorphosée. Encore à terre, Opale qui était à présent devenue Léviathan qui s'appelait lui-même " Eva ", contraction d'Evangelina, le prénom de base portant un bien triste secret dont le démon profitait, scruta son interlocutrice. Alors qu'il voulut faire peur à cette dernière, sans avoir pu encore utiliser ses pouvoirs, le physique de cette fille changea du tout au tout. Ses cheveux poussaient eux aussi à une vitesse alarmante, colorés à différents endroits de rouge. Léviathan sourit, il lui semblait bien reconnaitre l'un des siens. Esquissant un léger sourire, la fille devenue démon lui tendit la main pour l'aider à se relever. Malgré que les intonations et tout ce qui allait avec n'étaient pas celles et ceux de celui que le démon de l'Envie avait reconnu, et pourtant, il en était sûr, il devait s"agir de celui de la Gourmandise. D'ailleurs, la phrase dite par celui-ci le lui confirmèrent. Cette phrase qui ljui sonna aux oreilles lui disaient que la personne avec qui il parlait la saluait, lui disait que ça faisait longtemps que les deux démons ne s'étaient pas vus depuis longtemps et lui demanda comment Léviathan allait. Celui-ci, prit la main glacée de l'enfant possédée, tout comme la sienne et répondit, une fois debout:

" Zébut', mon cher ami aveuglé par le désir ! Quelle joie de te revoir, salut à toi ! Je vais le mieux du monde, comme tu peux le voir, j'ai enfin trouvé la proie idéale ! Et toi, ça va ? "

Cette belle artiste aux longs cheveux noirs et aux yeux émeraudes n'avait plus le contrôle de ce qu'elle faisait. Elle se sentait aspirée comme dans un violent tourbillon. Cette sensation désagréable qu'elle ressentait ne fit que donner plus de plaisir au Seigneur qui inspecta à nouveau son cher ami. Tous deux, oui, tous deux étaient très ressemblants, après tout, l'Envie et la Gourmandise se ressemble. Lorsque la jeune demoiselle se leva et épousseta sa robe verte dont les pans s'abandonnèrent autour d'elle, elle reprit des couleurs. Elle aida ensuite Léviathan à se relever en lui déclarant que ce dernier devait prendre plus soin de cette petite:

" Mmh, j'aime la faire souffrir, si tu savais. C'est une pitoyable petite artiste mais, rassures toi, je lui laisse pour l'instant assez de forces afin qu'elle puisse demeurer ma très précieuse arme vivante. En tout cas, ne serait-ce pas sympa qu'on refasse des coups ensemble, comme au bon vieux temps... ? "

Les pizzas encore chaudes trainaient à terre ainsi que les débris du téléphone qui s'était éclaté contre les pavés. Mick allait s'inquiéter de ne pas la voir rentrer, ce soir, il devait venir manger avec les colocataires d'Opale et cette dernière, si elle arrivait à se débarasser de ce foutu personnage.

hj: gomene, je sais pas faire plus
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie sans rentrée [libre]   Sam 23 Mai - 16:37

Même si Belzébuth aimait beaucoup la petite Elliade qu'elle avait possédé, il n'y avait rien de tel que de pouvoir se mouvoir de sa propre inititive, de ressentir ce qui l'entourait et bien sur de maîtriser enfin son environnement à sa guise. Belzébuth se délectait d'entendre sa propre voix résonner à ses oreilles, au moins une chose qu'elle n'avait pas conservée en prenant possession du corps de la petite même si s'entendre parler de sa voix pouvait avoir un côté divertissant. Ah! Biensûr le corps de sa petite "protégée" était plus frêle que le sien et ses cheveux trop long à son goût la gênait un peu mais elle n'allait pas se plaindre. Elle regardait Léviathan se lever. Lévia' n'avait pas perdu de temps et avait rapidement repris son apparence normal. Quelque part elle l'enviait... Quel ironie du sort. Envier le démon de l'envie. Belzébuth retînt un petit rire que cette image avait amusé. En tout cas Léviathan n'avait pas perdu de son éloquence. Elle étira un long sourire sur le visage d'Elliade. L'un de ceux dont elle avait le secret et que quelque rare pouvait déchiffrer. Lévia' en faisait sûrement parti même si elle ne s'était jamais vraiment posée la question. Les souvenirs d'un temps reculé lui revenait. Etrangement elle s'était souvent sentie plus proche de l'envie que des autres démons...

" Moi de même! Et je me porte comme un charme comme tu peux le voir. De plus cette petite serait presque aussi gourmande que moi-même! Enfin j'ai dit presque... "

Son sourire se transforma en un sourire en coin taquin. Une envie grandissante de s'amuser la prit subitement. Belzébuth en profita que Lévia' soit maintenant à sa taille pour pouvoir l'epousseter un peu. Durant la chute de la jeune fille pendant que Léviathan récupérait son corps, une fine pellicule de craie ou de poussière - hônnetement elle n'en savait rien et ça ne l'interressait pas non plus de s'amuser à en trouver toutes les composantes - s'était posée dans son dos et sur ses épaules. Lévia' n'avait décidemment pas une très bonne opinion de son "hôte". Même si l'envie dans le corps d'une artiste pouvait amener à rire. Quand elle avait essayé de s'imaginer ce que devenait les autres il ne lui était jamais venu à l'esprit que Lévia' choisisse une artiste. Au mois ça avait l'avantage de créer la surprise. Enfin en même temps les traitements que la jeune fille subissait ne l'intéressait pas plus que ça. Lévia' aurait pu la torturer atrocement devant ses yeux qu'elle n'en aurait eu cure et ne serait pas opposée de quelques façons que ce soit. Elle en aurait même plutôt au contraire - et en toute évidence - rit avec Lévia'.

" Il est vrai que ce temps me rend bien nostalgique des fois... Pourtant je m'en souviens comme si c'était hier. Tu as raison nous devrions nous remettre en chasse. J'en ai subitement besoin... "

Elle lâcha un rire glauque et peu avenant mais c'était si bon de pouvoir rire à nouveau! Et elle ne s'en priverait surement pas. Elle ramassa l'une des boîtes à pizza et l'ouvrit. Celle-ci était encore intact et fumante. Elle s'en prit un bout et en proposa à son ami Lévia'. Puis elle se rendit compte que quatre pizzas étaient peut-être un peu beaucoup pour seulement une personne. Une idée commença à germer dans son esprit... Elle se demandait si Léviathan pensait à la même cgose qu'elle... Après tout si une fête se préparait, l'envie et la gourmandise se devait d'y aller. Ses yeux commencèrent à pétiller et elle se tourna vers son amis de longue date refermant le couvercle sur la pizza et rammassant les autres. Le portable serait par contre inutilisable mais qu'importe. La vérité n'était pas obligatoire.

" Lévia' dis moi... Ses pizzas n'étaient pas déstinées à un usage individuel... Je me trompe? Que dirais tu d'aller se divertir un peu? Cela fait bien trop longtemps que nous ne nous sommes mélés de la vie de ses pauvres êtres. "

Tout en disant cela elle prit l'apparence de la jeune fille qui avai abordé Elliade auparavant. Elle ne savait pas son nom mais Lévia' le connaitrait forcément là où celle-ci est aussi son corps. Elle irait ainsi avec Lévia'. Une invitée de plus ou de moins... Les gens n'y prendrait surement pas garde surtout quand on sait qu'elle devait amener de quoi se mettre sous la dent. La jeune fille qu'elle avait incarné était un peu plus grande qu'Elliade. Belzébuth prit sa voix et tourna sur elle même en testant ses cordes vocales.

" Alors comment me trouves-tu? Au faîte comment s'appelle-t-elle? "

Elle enjoignit Lévia' à la suivre et marcha dans la direction que la jeune fille prenait quand elle l'avait rencontré. Le portable ne serait que la conséquence d'un banal accident. Personne ne remettrait sa paroles en doute.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie sans rentrée [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sortie sans rentrée [libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Soirée costumé, et sans doute mouvementée~ [LIBRE]
» Le début d'une haine sans fin [LIBRE]
» Obama en chute libre ...
» Hentaï
» Land des Gabions, un modèle de site pour les sans-abri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Monde de Pandore :: Rome :: 

Le centre ville :: Les ruelles

-
Sauter vers: